Lundi 16 avril 1 16 /04 /Avr 00:00

 


Il peut maintenant se concentrer sur le plaisir de sa maîtresse qui commence à se manifester par un doux gémissement, puis c'est un véritable rugissement qui s'échappe de sa gorge en même temps que les derniers soubressauts de son vagin exerce une ultime pression autour du sexe toujours gonflé. Elle s'allonge sur lui, en tenant le pénis toujours bien serré entre ses lèvres contractées autour de lui. Elle le veut encore, même après cet orgasme. Il peut maintenant soulever son propre bassin pour la fouiller encore au plus profond d'Elle.  Ses mains tiennent les deux fesses pour que leurs corps ne s'éloignent pas. Elle lui dit alors qu'elle préfère se retirer  un moment, mais aussitôt après avoir libéré le pénis de son amant, elle le sent si dur qu'elle  recolle ses lèvres ouvertes contre  lui  en le maintenant à l'horizontale sur toute la longueur de son ouverture mouillée.  Il n'a pas joui  mais cette nouvelle sensation contre la vulve offerte,  c'est comme si c'était le début d'une caresse préparatoire.  Son sexe est toujours dur comme du bois et il se trouve très bien enveloppé dans cet écrin chaud et humide. Ses mains reprennent doucement les caresses sur les parties du corps qui étaient inaccessibles tout à l'heure, au début de ses travaux d'approche. Il adore promener ses doigts sur le bas de son dos, là où le rebondissement des fesses forme deux petites dunes de sable, avec un sillon entre les deux où son index avance, tel un explorateur dans le désert. Il s'attarde sur la pointe du coccyx et il accentue légèrement la pression. Elle ne lui a jamais dit si c'était  un point d'exitation  pour  elle.  Mais quand Elle le touche à cet endroit, lui, il ressent comme une envie d'être pénétré, l'impression que s'il était une femme, à cet instant, il s'ouvrirait en grand. C'est bizarre, pour un homme, cette impression, parfois, d'avoir aussi un sexe de femme, un peu à l'arrière de ses testicules.

Ses mains passent aussi sur les hanches arrondies, les caressent, les enveloppent, se glissent en dessous d'elles, à la limite entre leurs deux corps toujours l'un contre l'autre. Sur les saillies du bassin, vers l'avant, la peau est plus fine ; il a toujours senti, là, qu'elle était très fragile, qu'un rien pourrait la briser...

Est-ce à cause de ces caresses, est-ce dû à ce qu'il pense, en tout cas, il s'aperçoit que tout doucement il recommence à basculer son bassin contre le sien et qu'elle répond, d'abord insensiblement puis de façon plus nette. Elle sent le sexe très dur toujours allongé contre ses lèvres ouvertes. C'est lui qui la soulève très légèrement pour que le pénis se libère et se redresse. D'un coup, le vagin vient envelopper le sexe turgescent. Quelques va et vient parfaitement synchronisés des deux bassins et Elle sent une grande giclée qui part vers le plus profond de son corps, en même temps qu'il pousse un long cri d'intense satisfaction Il sait qu'Elle n'a pas joui une deuxième fois, mais Elle a l'air assez satisfaite d'avoir provoqué l'extase de son amant après avoir si bien pris l'initiative de son propre plaisir quelques instants auparavant.



Dans l'Iliade,Andromaque, la femme du grand héros d'Homère, Hector, "chevauchait son époux",
et on raconte que "derrière les portes, les esclaves phrygiens se masturbaient chaque fois qu'Andromaque montait le cheval d'Hector".Nous espérons bien, chers lecteurs, que vous en faites autant....

 

Par milenetyv - Publié dans : Histoire d'un soir - Communauté : Arts érotiques
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Retour à l'accueil

Pages

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Derniers Commentaires

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés